Une « Collection Karabagh » signée Léonie Mergen témoigne de l’héritage azerbaïdjanais à la Fashion Week de Londres

Communiqué de presse – Le 18 février, la jeune créatrice berlinoise Leonie Mergen a assisté au lancement de son étonnante « Karabakh-Collection ». Les 18 modèles qui la composent réinterprètent de façon résolument contemporaine les thèmes et la culture de la région azerbaïdjanaise du Karabagh.

La présentation a eu lieu quelques jours seulement après une première mondiale remarquée dans le cadre de la Mercedes-Benz Fashion Week de Berlin et à l’occasion du salon annuel L’Oréal Professionnel, toujours dans la capitale allemande. La Fashion Week de Londres attire chaque année les 5 000 membres de l’élite internationale de la mode. L’after, organisé par la Fondation du Cercle Européen d’Azerbaïdjan (The European Azerbaijan Society - TEAS) et l’Andaz Studio du quartier hipster de Shoreditch s’est déroulée en présence de 100 fashionistas de premier plan, sous l’œil des caméras de la BBC et de la chaîne nationale azerbaïdjanaise AzTV.

Malgré le défi inhérent à l’obtention d’informations précises sur l’iconographie des motifs du Karabagh – suite à la destruction de nombreux livres, dessins et objets historiques lors du conflit arméno-azerbaïdjanais de 1988-1994 – la vitalité et l’éclat de ces motifs nationaux ont inspiré Leonie, avec une mention particulière pour le jeu azerbaïdjanais du tchovgan (un jeu équestre traditionnel, ancêtre du polo), lui aussi originaire de la région et qui se pratique à dos de chevaux du Karabagh.

Les ensembles présentent des motifs qui rappellent les célèbres tapisseries du pays, avec des décolletés singuliers et des capes à manches pour hommes et pour femmes. L’héritage de l’Azerbaïdjan en tant que plaque tournante de la Route de la Soie historique et chef de file de l’élevage de chevaux se retrouve dans les créations de Leonie, les accessoires en cuir d’inspiration « équestre » et les articles en soie raffinés étant très présents dans sa collection.

Impressionné, le magazine Sleek écrit : « La créatrice associe les cols plongeants, les capes à manches, les cuirs doux et les soies délicates, comme un hommage au rôle de plaque tournante qu’a joué l’Azerbaïdjan du temps de la Route de la Soie. Les motifs géométriques marine et bordeaux évoquent l’art national de la tapisserie déjà entrevu lors de son premier défilé remarqué. »

« Du mariage de la fourrure, de la soie, du velours et du cuir, transpire une sophistication évidente qui ne se départit pas d’une certaine modestie formelle. Ses modèles aux couleurs chaleureuses et aux textures classiques dégagent beaucoup de richesse et de profondeur. Léonie Mergen affirme une admiration honnête de la tradition et nous montre comment l’on peut associer tradition et modernisme, en nous rappelant que pour aller de l’avant, le rejet de la tradition est bien moins pertinent que sa prise en compte totale et honnête », écrit pour sa part Harry Leath dans les colonnes de C-Heads Magazine.

« La Karabakh Collection est un projet très intéressant pour TEAS, et nous sommes très heureux de constater qu’il a suscité un intérêt considérable pour la culture azerbaïdjanaise, qu’il a séduit de nombreux amateurs de mode, que ce soit parmi les médias ou chez les professionnels du secteur, explique M. Tale Heydarov (Président et fondateur de TEAS). Une collection de mode aussi médiatisée est une bonne occasion de faire savoir au grand public qu’il existe une région azerbaïdjanaise occupée qui s’appelle Haut-Karabagh et que des mesures doivent être prises pour protéger notre patrimoine national dans tous les domaines de la culture et de la société civile », a-t-il ajouté au sujet du Haut-Karabagh.

Pour découvrir la nouvelle ligne d’articles : www.karabakh-collection.com

Pages Annoncées