Le sport

Les sports traditionnels

Le sport a une histoire illustre en Azerbaïdjan, où certains sports et jeux traditionnels sont vieux de plusieurs siècles. Plusieurs sports traditionnels sont pratiqués aux niveaux local et national, notamment les jeux traditionnels : topaldiqach (littéralement « enlèvement de la balle »), surpapaq (sport pratiqué à cheval), yayliqqachirtdi (qui signifie « enlèvement du foulard »), chovkan (sorte de polo), chilling-aghach, gulash (lutte), nard (backgammon) et Sept beautés parmi les plus populaires (voir ci-dessous).

Chovkan est l'un des sports nationaux les plus connus. Son nom provient d’un instrument en bois utilisé pour y jouer, similaire à une crosse de hockey. Le jeu de chovkan est cité dans le récit épique Dada Qorqud (VIIe siècle de notre ère) et dans le poème Khosrow et Shirin de Nizami. Les joueurs, à cheval, doivent frapper la balle avec un chovkan, bâton en bois de 120 à130 cm de long, incurvé au bout, pour la faire entrer dans le but de l’équipe adverse. Les parties se jouent sur un terrain de 120 à 130 m de long sur 60 à 150 m de large. Les buts mesurent 2 m de haut sur 5 m de large. La partie, qui dure deux heures avec une mi-temps, est accompagnée de musique. Tous les joueurs portent le costume national (un chapeau, une veste étroite appelée arkhaliq et un pantalon bouffant). Trois arbitres surveillent la partie.

Chilling-aghach, qui se joue avec un bâton et un pique, est un sport apprécié des enfants azéris. Il ressemble au cricket britannique et au baseball américain. Pendant la partie, un petit bâton de bois (10 à12 cm de long) est utilisé en guise de balle.

Le nard, ou backgammon, est l’un des jeux les plus anciens de l’humanité. On pense que le backgammon est originaire de la Mésopotamie, dans l’ancien Empire perse. Les parties se jouaient sur des planches en bois ou des pierres et les dés étaient fabriqués en os, en pierre, en bois ou en poterie. De tout temps, le backgammon a été associé avec la royauté et l’aristocratie. De nombreux objets montrent la popularité du jeu parmi les aristocrates de la Perse, de la Grèce, de Rome et de l’Extrême-Orient. Les Perses appellent le backgammon « takhteh nard », ce qui se traduit du persan par « bataille sur bois » (takhteh est la planche en bois et nard la bataille). Quand les Perses ont envahi l’Égypte, ils y ont introduit le jeu où il s’est appelé « tau ». Le mot grec pour backgammon est « tavli », tandis que les Turcs l’appellent « tavla ».

Sept beautés est un concours où sept filles reçoivent un crochet et des fils de couleurs différentes. À l’heure dite, elles doivent fabriquer des bas au crochet. La fille la plus rapide dans la fabrication des bas de meilleure qualité remporte le concours.

L’Azerbaïdjan aux Jeux olympiques

Les athlètes azéris ont participé à deux éditions des Jeux olympiques entre 1952 et 1992 au sein de l’équipe soviétique, en remportant 10 médailles d’or, 11 d’argent et 7 de bronze.

En 1992, cinq athlètes azéris ont concouru aux Jeux olympiques de Barcelone, dans une équipe unifiée : l'équipe, qui se composait de quinze anciennes républiques soviétiques, était appelée l’équipe de la Communauté des États Indépendants (CEI). Deux athlètes azéris y remportèrent des médailles d’or dans le cadre de l’équipe unifiée.

L’Azerbaïdjan, qui a formé son comité national olympique (CNO) en janvier 1992, est devenu membre du Comité olympique européen en novembre 1992. Il a été officiellement reconnu par le Comité international olympique en septembre 1993. En 1996, aux Jeux olympiques d’Atlanta, l’Azerbaïdjan a concouru indépendamment en tant qu’équipe nationale pour la première fois. L’équipe, après avoir remporté une médaille d’or, s’est classée 61e sur les 197 pays en lice cette année-là. L’Azerbaïdjan a concouru et remporté des médailles à tous les JO depuis 1996.

Le sport azéri au niveau international

Outre ses sports traditionnels, plusieurs sports sont extrêmement bien représentés en Azerbaïdjan : la lutte, la boxe, les sports équestres, le basket-ball, le karaté, le volley-ball, la natation, l’haltérophilie, le football et les échecs sont tous pratiqués au niveau international.

Faits sportifs azéris

À l’époque soviétique, le nom de Gary Kasparov est devenu synonyme du jeu d’échec. Bien qu’il soit cité comme joueur russe, Kasparov est en fait né à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan.

Le célèbre juge de touche russe qui a joué un rôle essentiel en attribuant le but litigieux à l’Angleterre lors de la finale de la Coupe du monde de 1996, Tofiq Bahramov, était Azéri. Bahramov était un arbitre de football bien connu en Azerbaïdjan. Le stade de football national porte son nom depuis 2006.

Pages Annoncées